English French

L’enregistrement de la visioconférence de Brigitte Garneau est maintenant disponible

Que peuvent nous apprendre de cinq générations de Lépine sur les rituels catholiques francophones québécois entre 1845 et 1975 ?

Brigitte Garneau

Anthropologue

Cette année, j’ai publié aux Éditions GID trois livres en relation avec les rituels funéraires qui ont marqué l’histoire du Québec francophone catholique. Ils s’intitulent : 

Les textiles dans les services funéraires de la maison Germain Lépine à Québec : 1845-1975 

Les débuts de l’embaumement artériel au Québec avec Adélard Lépine 

Les corbillards à chevaux de la maison funéraire Germain Lépine à Québec : 1845-1975 

Pourquoi ces choix ?  

La meilleure étude que j’ai lue sur les étapes-clé de notre cérémonial funèbre est celle de Réal Brisson intitulée La mort au Québec. Elle porte sur la période 1900-1980. Malheureusement, elle ne nous permet pas de connaître : 

  1. Ce qui se passait au siècle précédent 
  2. S’il y avait des différences entre les pratiques rurales et urbaines 
  3. S’il y avait des différences entre les traditions familiales et commerciales 
  4. S’il y avait des coutumes communes pour les personnes mariées, les célibataires, les adolescents et les enfants.  

C’est pourquoi j’ai examiné les archives de la maison Lépine fondée en 1845 et documenté une collection d’objets d’art mortuaire que les descendants du fondateur ont légués au musée de la civilisation.

 

Enregistrement de la visioconférence Zoom de Brigitte Garneau du 23 janvier 2024

En m’appuyant sur cette documentation : 

  1. J’ai identifié les points de convergence entre les traditions funéraires implantées dans la vieille capitale et celles du monde rural voisin, notamment dans les diocèses de Québec et de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
  2. J’ai découvert la technologie utilisée par Adélard Lépine qui a propagé l’art de la conservation des dépouilles dans tout le Québec, après des études à Springfield en 1896 et à New York en 1899.
  3. J’ai dépeint le faste des convois funèbres en voiture à chevaux depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’en 1955, en portant une attention particulière à trois corbillards faisant partie de la flotte hippomobile des Lépine et conservés intacts jusqu’à ce jour : un corbillard blanc pour enfants, un corbillard ovale noir pour adultes et adolescents et un corbillard d’apparat noir.
  4. Et finalement, j’ai trouvé la source de nos rituels, restée jusqu’ici inconnue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Autres dossiers et ressources pour vous

Autres Articles Divers

14 Fév 2024
Articles Divers
Voici un compte-rendu de Gaëtan Hallé, président de Mont-Marie, corporation de cimetières concernant la sauvegarde du mausolée de Pierre-Achille Bourget ancien maire du village de […]
English French

Opening Hours

Tuesday ‒ Friday: 09:00 ‒ 17:00
Friday ‒ Monday: 10:00 ‒ 20:00

L'infolettre de l'Écomusée

Inscrivez-vous et prenez connaissance des dernières ressources, nouvelles, articles et évènements de l’Écomusée. Délivrée une fois par mois dans votre boite courriel.